Editorial

Des années après la Marche Verte, lancée au Sahara Occidental en 1975, un problème se pose. Il s’agit de revendications socioéconomiques, ainsi que de questions politiques. En même temps, un nouveau front d’inquiétude au sujet de l’activité d’Al Qaida recouvre la zone. Le Maroc se braque encore et toujours face au processus de paix sous le parapluie de l’ONU sans réussir, par ailleurs, à satisfaire les demandes de la population. Le démantèlement par les forces policières marocaines du camp de sahraouis de Gdaim izik, non loin d’El Aaioun, le 8 novembre, a mis en évidence la violence dans la région. La dispute entre l’Algérie et le Maroc, avec leur frontière fermée, se trouve en arrière-plan. Les deux parties confrontées, le Maroc et le Polisario, parlent de la responsabilité espagnole, française, d’une aide possible des USA. Mais on oublie l’appui répété de l’administration américaine, par exemple la dernière ronde de conversations entre Marocains et Sahraouis, à New York. Une voix, proche de l’Algérie et du Polisario, a avancé la possibilité d’une zone d’environ 10 000 km² reconnue comme sahraouie : proche de l’Atlantique mais sans côte. Dotée cependant de nappes phréatiques suffisantes pour garantir le développement agricole. Il y a des dizaines d’ethnies sur les 2 000 kilomètres de côte qui séparent le nord du Maroc de la Mauritanie. Il faut ensuite parcourir 800 kilomètres pour arriver au Sénégal.

Le Maroc soutient que le passage continuel de ses caravanes le long de cette côte fut une façon de peupler le territoire. Depuis le XIXème siècle, le Maroc tente d’absorber l’ancien Sahara espagnol. Après la guerre hispano-marocaine de 1860, l’Espagne avait réussi à inclure dans le traité de paix un article qui cherchait à protéger l’archipel des Canaries : après un premier déploiement dans les années 1880, de nouvelles forces espagnoles débarquèrent en 1930 pour y rester. Quatre décennies plus tard, l’Espagne se retirait. L’agonie du général Franco, patiemment attendue par Hassan II, accéléra la sortie espagnole. C’est ainsi que la Marche Verte vit le jour en 1975. En pleine ouverture démocratique, l’Espagne préféra éviter un conflit territorial, difficile à justifier devant l’ONU. Peut-être que l’Espagne commit une erreur en abandonnant unilatéralement le Sahara, mais peut-être elle fut adroite en arrivant à un accord avec le Maroc au sujet du retrait. La déclaration du 14 novembre 1975, six jours avant la mort de Franco, formalisait la sortie espagnole, bien qu’elle ne lui octroyait pas de légitimité. Le Maroc administre de factopresque tout le territoire utile de l’ancienne colonie. La République arabe sahraouie démocratique (RASD) n’a pas été reconnue par l’ONU ni par aucun des cinq membres permanents du Conseil de sécurité. De même, ni l’ONU ni aucun État n’ont reconnu la souveraineté marocaine.

La RASD a été reconnue par 81 États, mais la présence du Maroc dans le Sahara Occidental compte sur l’appui oscillant de la Ligue arabe et 25 États. Aujourd’hui, le Sahara Occidental est toujours un territoire non autonome. Les efforts de James Baker, envoyé de l’ONU en 1997, n’ont pas abouti. Baker obtint un recensement valide de l’ancienne colonie, que le Maroc ne reconnut pas. Le Maroc tente aujourd’hui de faire en sorte que son plan d’autonomie dote de légitimité juridique une réalité que le dur langage des faits a déjà démontrée, le contrôle de 80 % du territoire, 200 000 km², dont toute la côte. L’origine de l’affrontement à El Aaioun se trouve, en partie, dans le traitement économique différent dont font l’objet les Sahraouis fidèles et les Sahraouis étrangers au Maroc, nomades entre Tindouf et la zone d’Adrar Soutouf au sud. Les anciennes consignations abonnées par le Maroc aux nomades ont brusquement été coupées. Nombre de ces Sahraouis, sans relation avec le Polisario, ont réclamé.

Le camp de protestation établi aux environs d’El Aaioun a entamé des négociations avec les autorités marocaines pendant des semaines avant la rupture le 6 novembre. Le Maroc a expliqué que 11 gendarmes et deux sahraouis sont morts lors du démantèlement sans armes à feu par les forces marocaines. Human Rights Watch a dénoncé les restrictions à l’information. Une résolution du Parlement européen a demandé une enquête sur la situation des droits de l’Homme dans le territoire. Au-delà des doutes, l’on demande aux parties d’avancer dans les négociations pour atteindre une résolution juste du conflit.

Relations UE-Israël : du bruit pour rien ?

Israël fut l’un des premiers pays à entamer un dialogue avec la Communauté économique européenne (CEE), avant même l’entrée en vigueur du traité de Rome créant la Communauté européenne (CE). En avril 1958, il devint le troisième pays, après la Grèce et les États-Unis, à établir une mission diplomatique à Bruxelles. En février 1959, Israël et la CE engageaient formellement des relations diplomatiques complètes. Malgré cet intérêt initial, pendant de nombreuses années, l’Europe n’a occupé aucune place importante au sein de la politique...

Sueños y realidades: la caricatura egipcia

Me siento volar como un ave migratoria cuando paseo por las calles de El Cairo en este tráfico tan intenso”. Con estas palabras, Amr Selim empieza su conversación, dibujando su estado intelectual y emocional cuando traduce sus pensamientos en una caricatura que refleja y representa una parte de sus intereses y experiencias humanas. “El egipcio ha nacido con un talento excepcional para convertir la dura realidad en bromas y chistes. Es una característica que se encuentra en su sangre y refleja su pasión por superar las dificultades y aceptar sus complicaciones...

Autres numéros
afkar/ideas
Urgence climatique dans la région MENA
afkar/ideas
Guerre en Ukraine : impact sur la Méditerranée du sud
afkar/ideas
Femme et changement social dans le monde arabe
afkar/ideas
Tunisie : démocratie ou autoritarisme?
afkar/ideas
Le Sahel, l’autre frontière de l’Europe
afkar/ideas
Pandémie et Autoritarisme
afkar/ideas
Nouveau bras de fer de la rue
afkar/ideas
Migrants dans les pays arabes
afkar/ideas
Facteurs de changement en Algérie
afkar/ideas
Processus et lieux de radicalisation
afkar/ideas
Sexualité et changement social
afkar/ideas
Le futur d’Israël et Palestine
afkar/ideas
Camps de réfugiés, une question en attente
afkar/ideas
Journalisme et guerre
afkar/ideas
La Syrie : l’art et la guerre
afkar/ideas
Minorités et frontières dans le monde arabe
afkar/ideas
Où va la Turquie ?
afkar/ideas
Musulmans d’Europe
afkar/ideas
Chaos croissant en Libye
afkar/ideas
Arabie saoudite: nouveau roi, nouvel ordre
afkar/ideas
Rusia avanza hacia el Mediterráneo
afkar/ideas
Guerra Fría en Oriente Medio
afkar/ideas
Lucha contra el terror
afkar/ideas
Contra el terrorismo del « Estado Islámico »
afkar/ideas
¿Qué hacer en Oriente Medio?
afkar/ideas
Nuevo jaque a la democracia
afkar/ideas
Gana el consenso democrático en Túnez; en Egipto se impone la autoridad
afkar/ideas
Irán, última gran oportunidad
afkar/ideas
Revolución, futuro incierto
afkar/ideas
La tragedia de los refugiados sirios
afkar/ideas
Revolución año II
afkar/ideas
Líderes emergentes en el mundo árabe
afkar/ideas
Jóvenes democracias
afkar/ideas
Egipto, transición confusa
afkar/ideas
¿Hasta cuándo Siria?
afkar/ideas
Tres victorias islamistas
afkar/ideas
Árabes año cero, nueva era constitucional
afkar/ideas
Sublevaciones árabes
afkar/ideas
Le réveil arabe
afkar/ideas
Golfe arabique
afkar/ideas
Revolución digital en el Mediterráneo
afkar/ideas
Israelíes y palestinos, 62 años después / Fondos soberanos: más allá del petróleo
afkar/ideas
Musulmanes de Europa / Energías limpias
afkar/ideas
Egipto busca su futuro / Semestre europeo
afkar/ideas
Desafíos a la seguridad / Fiebre electoral
afkar/ideas
Turquía-Unión Europea-EE UU ante Oriente Próximo / Energía en tiempos de crisis
afkar/ideas
¿Hacia dónde va el mundo musulmán? / Cómo resistir a la crisis en el Magreb
afkar/ideas
Obama: Estados Unidos –y el mundo– cambian / Banca islámica ante la crisis financiera
afkar/ideas
Europa reconsidera sus políticas de inmigración
afkar/ideas
Energía y carrera de armamentos: Argelia, Libia, Marruecos compiten en la región
afkar/ideas
Políticas migratorias / Relaciones euromediterráneas, una visión del Sur
afkar/ideas
China busca el Magreb / Marruecos frente a la globalización
afkar/ideas
Oleaje en el Mediterráneo
afkar/ideas
Al Qaeda amenaza al Magreb / Marruecos-Unión Europea, la relación avanza
afkar/ideas
Turquie dans l’Union européenne / Espagne : équilibre entre l’Algérie et le Maroc. Relations économiques Nord-Sud
afkar/ideas
Imams en Europe / Développement économique intégré au Maghreb / ​​Moyen-Orient
afkar/ideas
Un Maghreb sans frontières
afkar/ideas
Immigration africaine : l’Europe cherche des solutions / Le Maghreb revoit son passé / Modèles de développement économique
afkar/ideas
Education en Méditerranée / Tremblement de terre au Moyen-Orient
afkar/ideas
Nouveaux médias arabes / Résultats du Sommet euro-méditerranéen / Alliance des civilisations
afkar/ideas
Femmes dans le monde arabe / Régions du Maghreb
afkar/ideas
Rodríguez Zapatero : En novembre 2005, Barcelone signifiera plus et un meilleur partenariat / L’émergence du Maghreb / ​​Printemps arabe ?
afkar/ideas
Les Berbères aujourd’hui / Barcelone + 10 / Bush, nouveau mandat
afkar/ideas
Initiatives pour le Sahara / Réformes éducatives au Maghreb
afkar/ideas
Jeunes Marocains : emploi, rêves, migrations…
afkar/ideas
Maghreb, démocratie et stabilité : la quadrature du cercle est possible
afkar/ideas
5+5