Editorial

Entre la Mauritanie et les Canaries flottent deux mil cadavres. Un groupe de touristes danois interrompait tout à coup leur joyeuse conversation : un corps noir, sans vie, un bras détruit par la voracité des poissons, poussé par le courant vers la plage… Le problème est d’une magnitude insoupçonnable.
En octobre, on demandait déjà une solution européenne. L’Espagne, la France, l’Italie, n’existent pas à ces effets : ils ne font pas le poids. L’Union européenne fait le poids. Ni les organismes européens, ni les gouvernements nationaux ne doivent concentrer leurs efforts dans le court terme : les solutions aux migrations subsahariennes ne pourront se poser qu’à cinq ou plus années. On aurait dû le prévoir. On a perdu deux décennies. Pourquoi accepte-t-on dans l’UE le libre trafic de marchandises, capitaux et services et non celui de personnes ? N’est-ce pas une inconséquence ? Acceptons-nous le fait que l’UE devra faire face aux migrations subsahariennes avec de grandes ressources matérielles et humaines ? Comprenons-nous à quel point ils méritent d’être appuyés, aidés, les pays méditerranéens, le Maroc en premier lieu, pour ordonner les flux migratoires ? Les migrations existent depuis que l’être humain se mit à marcher. Les barbares, appelés germains, migrèrent au cours des IVè et Vè siècles depuis la Baltique congelée vers les péninsules tempérées, Grèce, Italie, Hispanie. Les galiciens, asturiens, basques, émigraient au XIXè siècle vers l’Amérique du Sud. En juin, il y a un an, le premier ministre marocain, Driss Jettou, rendait visite au président du gouvernement, Rodríguez Zapatero, à Madrid. Il lui livra des informations alarmantes sur le Sahel. La pire sécheresse châtiait douze pays, de la Mauritanie jusqu’à l’Erythrée. Jettou lançait un appel désespéré aux européens. 

Les européens séparément ne disposent pas de moyens suffisants pour aborder les problèmes africains. L’UE peut donner un appui décisif. Pour cela, une réforme intellectuelle et morale qui conduise à la modernisation, est nécessaire. Le gouvernement espagnol a préparé le Plan Afrique qui implique un déploiement diplomatique important et un engagement fort de la coopération espagnole pour le développement, avec l’appui de l’UE. 

Les africains les plus pauvres ont-ils le droit de chercher les côtes européennes ? Trois ans de sécheresse ont ravagé les quelques cultures qui subsistaient. Le millet, dont on faisait une pâte comestible, se cultive à peine par manque de pluie. L’élevage, déjà rare, a disparu presque complètement. Les maliens, tchadiens, sénégalais ont besoin de manger. C’est la raison pour laquelle ils viennent. Sans papiers, sans passeport, presque sans parler. Mais ils viennent. Nombre d’entre eux se noieront mais les autres débarqueront, muets de peur, paralysés par l’hypothermie. A court terme, l’Espagne devra perfectionner son plan d’accueil : le travail de la Croix Rouge et de la Guardia Civil maritime devra se multiplier. Mais le volontarisme ne suffit pas. Si l’Europe ne signifie pas appui face aux non européens, elle perdra peu à peu sa légitimité. 

Les occidentaux vivent dans un milieu culturel modelé en grande partie par une forte tradition religieuse. Pourquoi oublient-ils, lorsque cela leur convient, les paroles de l’Evangile, j’ai eu faim et vous m’avez donné à manger, j’ai eu soif et vous m’avez donné à boire ? Alors que les subsahariens débarquent par milliers, quelqu’un annonce sa pétition au gouvernement espagnol : que l’escadre blinde les côtes de l’archipel. Que veut-il, que l’on tire sur les embarcations sénégalaises ? 

Et, pourtant, les africains ne monopolisent pas la raison. Les Canaries peuvent couler dans l’Atlantique, comme une petite flotte envahie par des millions de naufragés. Le chemin opposé, celui de la reconnaissance patiente et urgente de la complexité, pourrait nous conduire à une solution moins mauvaise. Non seulement des investissements à long terme en Afrique : des écoles, des universités, des éditoriales, des centres de recherche. Des entreprises européennes, américaines, canadiennes. Ce qui requiert des garanties juridiques, la fiabilité des registres publics, du pouvoir judiciaire,… 

L’UE exigera peut-être d’accepter des quotas. Elle essaiera de négocier avec le Sénégal, la Mauritanie, le Mali, le Niger,… Mais l’Union devra d’abord sceller une politique et ses lois communes. Il faut un porte-parole, une seule voix des 25 Etats, c’est-à-dire, de l’UE. Sans cette voix commune, rien ne sera viable. 

Immigration africaine

Des mineurs marocains qui émigrent seuls

Marta Comas

Partout dans le monde, les migrations contemporaines sont en train d'introduire un nouveau facteur de complexité : le phénomène des mineurs, généralement des garçons, qui décident d'eux-mêmes, avec ou sans le consentement familial, d'entreprendre le voyage vers un pays voisin offrant de meilleures opportunités d'avenir. Il s'agit d'une émigration précoce, à hauts risques, aussi bien de par le manque de maturité des enfants lorsqu'ils quittent leurs foyers que du fait des moyens clandestins utilisés pour franchir la frontière, et surtout, du fait des multiples possibilités de marginalisation qu'ils devront affronter tout au long de leur itinéraire. Pour cette raison, puisqu'ils sont réellement et légalement des mineurs abandonnés dans un pays étranger, il s'agit d'un phénomène social que les gouvernements et les organisations humanitaires des pays impliqués essayent de prévenir et de contenir en appliquant des politiques de prévention spécifiques. ...

Lire la suite

« Le Maroc n’est pas encore dans une phase de respect des droits de l’homme »

Amina Bouayach

Militante des droits de l'homme au Maroc depuis plus de 30 ans, Amina Bouayach a été élue présidente du Conseil National de l'Organisation Marocaine des Droits de l'Homme (OMDH). AFKAR/IDEES a eu l'opportunité de faire le point avec elle sur ses priorités à ce nouveau poste.  AFKAR/IDEES : Vous êtes la première femme présidente de l'OMDH. Qu'est-ce que cela représente, pour vous et pour l'organisation ? Le fait que vous soyez une femme aura-t-il des répercussions sur votre travail au quotidien ?  AMINA BOUAYACH : Ce que j'ai retenu de mon élection, est l'unanimité des électeurs. Les élections ont été par bulletin secret. La responsable du comité de vérifications des votes l'a annoncé d'une manière tellement subtile, en précisant que les membres de l'OMDH devront « goûter » l'instant historique du suffrage pour une militante des Droits de l'Homme. Pour moi, c'est également le symbolique d'un changement de la société envers le rôle des f...

Lire la suite

« Les différences entre le monde rural et l’urbain reposent sur la formation, bien que ce soit la population scolarisée qui présente plus de problèmes d’identité »

Mohamed Tozy

Mohamed Tozy, professeur de Sciences politiques à l'Université de Casablanca, est membre, avec Hassan Rachiki, Rahma Bourqia et Abdellatif Bencherifa, du Comité Scientifique de « l'Enquête nationale sur les valeurs », préparée dans le cadre des travaux du Rapport 50 ans de développement humain au Maroc et perspectives 2025, un rapport exhaustif qui tente d'offrir des pistes socioculturelles sur le Maroc actuel, après 50 ans d'indépendance. L’Enquête suppose de plus une normalisation sociologique, puisqu'elle est inclue dans les référents comparatifs mondiaux comme le World Values Survey, qui réalise périodiquement des études dans différents pays.  AFKAR/IDEES a profité de l'occasion de réunir deux spécialistes, un du Nord et l'autre du Sud, qui ont travaillé sur des questions culturelles et de société civile marocaine, pour aborder certaines questions qui occupent l'actualité du débat après la publication du rapport et des résultats du sondage...

Lire la suite

La réconciliation nationale fait débat en Algérie

Youssef Zerarka

Voici bientôt un an, le 14 août 2005, les algériens apprenaient via le petit écran qu'ils avaient un nouveau rendez-vous avec l'urne. Enjeu de cette énième consultation : se prononcer sur le projet de « Charte pour la paix et la réconciliation nationale ». Un document de quatre pages au moyen duquel le chef de l'Etat algérien espère tourner définitivement la page de la « tragédie nationale ».  Le texte a été approuvé le 29 septembre 2005 à une très large majorité, selon les chiffres officiels. Mais son opportunité, sa teneur et les modal...

L’économie marocaine : de la croissance sans développement à l’assainissement sans croissance

Larbi Jaidi

L’économie marocaine a connu depuis 1960 une croissance volatile, fortement dépendante de son agriculture. A l’accélération de l’évolution du PIB dans les décennies soixante et soixante-dix pour atteindre 5,5 % entre 1973 et 1980, a succédé une décélération puis de fortes fluctuations dans les 25 dernières années. Cette instabilité n’a pas permis de relever sensiblement le niveau des revenus par habitant.  De 2,6 % par an en moyenne entre 1965 à 1991, la progression du PIB par habitant a chuté à 1 % entre 1992 et 2004. Le niveau de revenu du marocain qui correspondait à un peu moins de la moitié d’un espagnol en 1960 ne représente plus aujourd’hui que 22,7 % de celui-ci. Le Maroc se situe dans la partie basse du groupe des pays à revenus moyens.  Après l’envolée de la croissance alimentée par le boom phosphatier de la première moitié des années soixante-dix, le Maroc avait abordé les années quatre-vingts avec une crise éc...

Lire la suite

La Tunisie 50 années après l’indépendance : une expérience paradoxale ?

Azzam Mahjoub

A l’occasion du cinquantenaire de l’indépendance de la Tunisie, on est en droit de poser la question cruciale : la Tunisie est-elle un cas historique paradoxal, ou les relatives performances économiques, les progrès significatifs en terme de développement humain, coexistent avec un sous-développement politique singulier ? On est à même de se demander si à moyen terme, ce parcours historique est durable, soutenable. Dans quelle mesure le déficit en matière de gouvernance politique ne produira pas un effet pervers, venant contrecarrer, voire miner les acquis économiques et sociaux ? Au terme de cette modeste contribution, nous mettant en exergue les principaux défis que la Tunisie doit relever, en insistant sur ce qui nous paraît le défis ultime en état actuel, à savoir la mise-à-niveau du système global de gouvernance.  L’évolution en étapes  L’indépendance, acquise le 20 mars 1956, a ouvert un nouveau chapitre dans l’histoire contempo...

Lire la suite

L’économie algérienne depuis 1962 : le poids croissant des hydrocarbures

Fatiha Talahite

A l’indépendance de l’Algérie en 1962, la récupération des richesses nationales intervient dans le contexte d’un vaste mouvement de naturalisation de l’investissement étranger dans le tiers monde qui dure jusqu’à la moitié des années soixante-dix. La nationalisation des biens vacants après le départ des colons (logements, entreprises, commerces, terres, cinémas...) vise à les soustraire à l’appropriation sauvage. Mais les procédures sont opaques et cela ne débouche pas sur la création d’un véritable secteur public. Le 24 février 1971 c’est le secteur des hydrocarbures qui est nationalisé et une société étatique, la Sonatrach, est créée, à laquelle est attribué le monopole de la filière (la participation étrangère ne peut dépasser 49 % du capital). Si certains ont vu dans cette accumulation de richesses par l’Etat le moyen de réaliser un projet de modernisation accélérée et avant-gardiste du pays, pour d’autres, ce fut une o...

Lire la suite

Coopération avec le Maghreb dans le tourisme

Cristina Guerrero

La tendance des pays d'Afrique du Nord, fondamentalement en raison de leur proximité, est d'attirer des touristes européens. Des touristes habitués à un modèle de service et de produits très au-dessus de l'hospitalité, de la gastronomie... des produits reposant sur des ghettos touristiques modélisés, multipliés et captés sur les cinq continents. L'Afrique fait partie des destinations à grand potentiel touristique, mais elle connaît des problèmes urgents en matière d'infrastructures élémentaires et de formation des ressources humaines dans le sect...

Les riads et les jardins de l’Alhambra

Faissal Cherradi

Le goût pour la nature au Maroc est lié au goût pour la contemplation. Nous apprécions la beauté de la vie et de l'ordre. Le monde ordonné, le cycle des saisons, la lune marquant le rythme des mois, la présence du soleil pendant la journée. La vie naît de l'eau et se développe autour d'elle, des puits, des systèmes d'irrigation, de la manière de la faire apparaître, de la manière de la faire s'écouler le long des rigoles, de la réalisation des bassins. L'art des jardins au Maroc est le résultat d'un mélange entre l'ordre, la géométrie des chem...

Autres numéros
afkar/ideas
Guerre en Ukraine : impact sur la Méditerranée du sud
afkar/ideas
Femme et changement social dans le monde arabe
afkar/ideas
Tunisie : démocratie ou autoritarisme?
afkar/ideas
Le Sahel, l’autre frontière de l’Europe
afkar/ideas
Pandémie et Autoritarisme
afkar/ideas
Nouveau bras de fer de la rue
afkar/ideas
Migrants dans les pays arabes
afkar/ideas
Facteurs de changement en Algérie
afkar/ideas
Processus et lieux de radicalisation
afkar/ideas
Sexualité et changement social
afkar/ideas
Le futur d’Israël et Palestine
afkar/ideas
Camps de réfugiés, une question en attente
afkar/ideas
Journalisme et guerre
afkar/ideas
La Syrie : l’art et la guerre
afkar/ideas
Minorités et frontières dans le monde arabe
afkar/ideas
Où va la Turquie ?
afkar/ideas
Musulmans d’Europe
afkar/ideas
Chaos croissant en Libye
afkar/ideas
Arabie saoudite: nouveau roi, nouvel ordre
afkar/ideas
Rusia avanza hacia el Mediterráneo
afkar/ideas
Guerra Fría en Oriente Medio
afkar/ideas
Lucha contra el terror
afkar/ideas
Contra el terrorismo del « Estado Islámico »
afkar/ideas
¿Qué hacer en Oriente Medio?
afkar/ideas
Nuevo jaque a la democracia
afkar/ideas
Gana el consenso democrático en Túnez; en Egipto se impone la autoridad
afkar/ideas
Irán, última gran oportunidad
afkar/ideas
Revolución, futuro incierto
afkar/ideas
La tragedia de los refugiados sirios
afkar/ideas
Revolución año II
afkar/ideas
Líderes emergentes en el mundo árabe
afkar/ideas
Jóvenes democracias
afkar/ideas
Egipto, transición confusa
afkar/ideas
¿Hasta cuándo Siria?
afkar/ideas
Tres victorias islamistas
afkar/ideas
Árabes año cero, nueva era constitucional
afkar/ideas
Sublevaciones árabes
afkar/ideas
Le réveil arabe
afkar/ideas
Golfo arábigo
afkar/ideas
Revolución digital en el Mediterráneo
afkar/ideas
Israelíes y palestinos, 62 años después / Fondos soberanos: más allá del petróleo
afkar/ideas
Musulmanes de Europa / Energías limpias
afkar/ideas
Egipto busca su futuro / Semestre europeo
afkar/ideas
Desafíos a la seguridad / Fiebre electoral
afkar/ideas
Turquía-Unión Europea-EE UU ante Oriente Próximo / Energía en tiempos de crisis
afkar/ideas
¿Hacia dónde va el mundo musulmán? / Cómo resistir a la crisis en el Magreb
afkar/ideas
Obama: Estados Unidos –y el mundo– cambian / Banca islámica ante la crisis financiera
afkar/ideas
Europa reconsidera sus políticas de inmigración
afkar/ideas
Energía y carrera de armamentos: Argelia, Libia, Marruecos compiten en la región
afkar/ideas
Políticas migratorias / Relaciones euromediterráneas, una visión del Sur
afkar/ideas
China busca el Magreb / Marruecos frente a la globalización
afkar/ideas
Oleaje en el Mediterráneo
afkar/ideas
Al Qaeda amenaza al Magreb / Marruecos-Unión Europea, la relación avanza
afkar/ideas
Turquie dans l’Union européenne / Espagne : équilibre entre l’Algérie et le Maroc. Relations économiques Nord-Sud
afkar/ideas
Imams en Europe / Développement économique intégré au Maghreb / ​​Moyen-Orient
afkar/ideas
Un Maghreb sans frontières
afkar/ideas
Immigration africaine : l’Europe cherche des solutions / Le Maghreb revoit son passé / Modèles de développement économique
afkar/ideas
Education en Méditerranée / Tremblement de terre au Moyen-Orient
afkar/ideas
Nouveaux médias arabes / Résultats du Sommet euro-méditerranéen / Alliance des civilisations
afkar/ideas
Femmes dans le monde arabe / Régions du Maghreb
afkar/ideas
Rodríguez Zapatero : En novembre 2005, Barcelone signifiera plus et un meilleur partenariat / L’émergence du Maghreb / ​​Printemps arabe ?
afkar/ideas
Les Berbères aujourd’hui / Barcelone + 10 / Bush, nouveau mandat
afkar/ideas
Initiatives pour le Sahara / Réformes éducatives au Maghreb
afkar/ideas
Jeunes Marocains : emploi, rêves, migrations…
afkar/ideas
Maghreb, démocratie et stabilité : la quadrature du cercle est possible
afkar/ideas
5+5