n.60 Migrants dans les pays arabes

Editorial

Après des années de débats médiatiques et politiques centrés sur l’immigration en Europe, l’opinion publique en est venue à reconnaître le phénomène des migrations comme une question – ou un problème – qui concerne essentiellement l’Europe. D’une certaine manière, les tensions au sein de l’Union européenne concernant la gestion des migrations, le défi posé par les bateaux de sauvetage des organisations humanitaires et le drame de la perte constante de vies dans la Méditerranée nous empêchent d’observer le phénomène dans son ensemble. D’une part, le débat sur les causes de l’émigration reste stérile, reproduisant des idées du passé qui n’apportent pas de réponses efficaces à l’urgence immédiate des flux migratoires. Il y a ceux qui émigrent en raison de l’instabilité politique, des conflits armés, des conséquences du changement climatique, de la désertification, de la pauvreté en eau, du manque d’opportunités… La frontière entre le déplacement forcé, celui des réfugiés, et le déplacement volontaire, celui desdits migrants économiques, est de plus en plus floue. À la vérité, il existe une différence entre eux, mais le risque vital qu’ils encourent lorsqu’ils partent pour l’Europe est le même dans les deux cas.

D’autre part, on a tendance à oublier qu’il existe des pays où le phénomène migratoire a un impact croissant, non seulement en tant que pays de transit, comme c’est le cas en Afrique du Nord, mais aussi en tant que pays d’établissement. Les implications de cette installation des immigrants en Europe ont été largement analysées. Cependant, le défi pour des pays comme le Maroc, le Liban ou les monarchies du Golfe, autrefois des lieux de transit qui sont devenus des foyers permanents pour les immigrants, reste peu reconnu.

Le système de la Kafala, en vigueur dans le Golfe et qui, dans la pratique, fait du travailleur la propriété de l’employeur, en plus d’être inhumain, est un élément obsolète dans des pays qui en sont déjà à la deuxième ou troisième génération d’immigrants. Favorisée par l’exploitation du sous-sol, l’immigration dans cette région était nécessaire pour contribuer à une croissance qui n’aurait pu être atteinte avec une population locale numériquement insuffisante. Aujourd’hui, la main-d’oeuvre étrangère couvre des secteurs entiers de l’économie et constitue une architrave importante de leurs économies. Pour l’instant, ni les politiques gouvernementales ni le secteur privé, qui bénéficie d’une main-d’oeuvre bon marché, ne semblent disposés à changer ce système abusif.

Le Liban, pays d’émigration tout au long de son histoire, avec une mosaïque de communautés religieuses et une population mixte, repose sur un équilibre interne fragile que l’accueil des réfugiés et de la main-d’oeuvre étrangère, de moins en moins provisoire, peut modifier. Un exemple de la précarité dans laquelle vivent les travailleurs étrangers est celui des employées domestiques immigrées, qui sont également soumises au système de la Kafala, dont la visibilité a été un des éléments clés pour proposer un changement juridique.

D’une migration essentiellement de transit, dans les années quatre-vingt-dix, suite au renforcement des frontières de l’Union européenne, la population étrangère au Maroc a commencé à y s’installer. Cela a contraint le pays à adapter le cadre juridique, accompagné d’une politique diplomatique de rapprochement avec le continent africain, qui porte ses fruits. Toutefois, il reste encore quelques questions en suspens qui font l’objet d’un débat intense, comme l’abrogation de la loi, votée après les attentats de Casablanca en 2003, qui criminalise l’immigration et l’émigration irrégulières, ainsi que l’immigration de transit. La mise en oeuvre de véritables politiques d’intégration et de lutte contre le racisme est également en attente.

Les changements juridiques nécessaires pour répondre au phénomène de l’immigration installée sont encore inexistants, embryonnaires ou clairement insuffisants, mais la nouvelle variable démographique obligera les gouvernements à réagir et, par conséquent, l’immigration deviendra, comme cela s’est produit en Europe, un sujet de débat politique dans ces pays. Il s’agit là d’un autre vecteur qui permettra de mettre à l’épreuve, dans ces pays également, le processus de changement politique et social et de respect des droits de l’homme auquel ils se sont engagés au niveau international.

Autres numéros
afkar/ideas
Le Sahel, l’autre frontière de l’Europe
afkar/ideas
Pandémie et Autoritarisme
afkar/ideas
Nouveau bras de fer de la rue
afkar/ideas
Migrants dans les pays arabes
afkar/ideas
Facteurs de changement en Algérie
afkar/ideas
Processus et lieux de radicalisation
afkar/ideas
Sexualité et changement social
afkar/ideas
Le futur d’Israël et Palestine
afkar/ideas
Camps de réfugiés, une question en attente
afkar/ideas
Journalisme et guerre
afkar/ideas
La Syrie : l’art et la guerre
afkar/ideas
Minorités et frontières dans le monde arabe
afkar/ideas
Où va la Turquie ?
afkar/ideas
Musulmans d’Europe
afkar/ideas
Arabie saoudite: nouveau roi, nouvel ordre
afkar/ideas
Rusia avanza hacia el Mediterráneo
afkar/ideas
Chaos croissant en Libye
afkar/ideas
Guerra Fría en Oriente Medio
afkar/ideas
Lucha contra el terror
afkar/ideas
Contra el terrorismo del « Estado Islámico »
afkar/ideas
¿Qué hacer en Oriente Medio?
afkar/ideas
Nuevo jaque a la democracia
afkar/ideas
Gana el consenso democrático en Túnez; en Egipto se impone la autoridad
afkar/ideas
Irán, última gran oportunidad
afkar/ideas
Revolución, futuro incierto
afkar/ideas
La tragedia de los refugiados sirios
afkar/ideas
Revolución año II
afkar/ideas
Líderes emergentes en el mundo árabe
afkar/ideas
Jóvenes democracias
afkar/ideas
Egipto, transición confusa
afkar/ideas
¿Hasta cuándo Siria?
afkar/ideas
Tres victorias islamistas
afkar/ideas
Árabes año cero, nueva era constitucional
afkar/ideas
Sublevaciones árabes
afkar/ideas
El despertar árabe
afkar/ideas
Golfo arábigo
afkar/ideas
Revolución digital en el Mediterráneo
afkar/ideas
Israelíes y palestinos, 62 años después / Fondos soberanos: más allá del petróleo
afkar/ideas
Musulmanes de Europa / Energías limpias
afkar/ideas
Egipto busca su futuro / Semestre europeo
afkar/ideas
Desafíos a la seguridad / Fiebre electoral
afkar/ideas
Turquía-Unión Europea-EE UU ante Oriente Próximo / Energía en tiempos de crisis
afkar/ideas
¿Hacia dónde va el mundo musulmán? / Cómo resistir a la crisis en el Magreb
afkar/ideas
Obama: Estados Unidos –y el mundo– cambian / Banca islámica ante la crisis financiera
afkar/ideas
Europa reconsidera sus políticas de inmigración
afkar/ideas
Energía y carrera de armamentos: Argelia, Libia, Marruecos compiten en la región
afkar/ideas
China busca el Magreb / Marruecos frente a la globalización
afkar/ideas
Oleaje en el Mediterráneo
afkar/ideas
Al Qaeda amenaza al Magreb / Marruecos-Unión Europea, la relación avanza
afkar/ideas
Turquía en la Unión Europea / España: equilibrio entre Argelia y Marruecos. Relaciones económicas Norte-Sur
afkar/ideas
Jóvenes marroquíes: empleo, sueños, migraciones…
afkar/ideas
Magreb, democracia y estabilidad: se puede cuadrar el círculo