n.3 Jeunes marocains : emplois, rêves, émigration …

Editorial

Les problèmes migratoires entre le nord et le sud de la Méditerranée sont croissants, et d’une incroyable complexité. Nous autres journalistes, toujours prêts à tout, sommes les seuls à résumer un problème d’une telle ampleur avec une telle décontraction, en deux ou trois pages. Nous ne voudrions pas tomber dans une simplification abusive, mais seulement souligner trois idées, en toute modestie. 

Il n’y a pas de politique de l’immigration sans politique de l’émigration. C’est-à-dire que la rive qui envoie doit forcément parvenir à un accord avec celle qui reçoit : un accord qui se traduise par des instruments juridiques et des pratiques politiques. Un véritable accord doit reposer sur une assise transparente, et surtout être utile aux parties, dans un cadre d’égalité. En ce sens, des efforts régionaux et multilatéraux tels que le « 5+5 » constituent l’occasion d’approcher ce dossier sous l’angle des responsabilités et des sensibilités partagées en Méditerranée occidentale. 

En second lieu, et même lorsque les parties ne le reconnaissent pas, les intérêts se rejoignent fréquemment. La démographie de l’Union européenne (UE) ne montre aujourd’hui aucun symptôme de croissance, tandis qu’en Afrique du Nord – d’après le dernier rapport de Femise –, la moitié des jeunes expriment leur désir d’émigrer. Les flux migratoires profitent dans ce cas aux deux sociétés : celle du Sud, qui a besoin d’améliorer – ou tout au moins de stabiliser – son taux de chômage, et celle du Nord, qui a besoin d’employés jeunes, souvent qualifiés. 

Mais il s’agit-là – et nous en arrivons au troisième point – d’une politique peu responsable si elle ne s’accompagne pas d’investissements du Nord dans le Sud. Des investissements en infrastructures et en énergie, mais aussi en formation et dans des secteurs susceptibles de créer des emplois. Si elle ne s’accompagne pas d’initiatives de codéveloppement et de progrès dans la connaissance mutuelle. S’il n’y a pas une politique commune focalisée sur ce double objectif, l’effort échouera. 

Bien peu de choses peuvent être envisagées aujourd’hui, sur la rive nord, qui ne soient pas à l’échelon de l’UE. Elle est apparue – certes avec maintes hésitations et lenteurs – comme une formidable machine à résoudre les problèmes, une communauté qui, au cours de ces 50 dernières années, a apporté des solutions à des problèmes séculiers. L’Espagne peut et doit diriger l’élaboration d’une véritable politique d’immigration européenne, depuis sa condition de frontière méridionale, dans le contexte des nouvelles politiques de voisinage que l’UE commence à élaborer. Un bref éditorial n’est utile, dans des cas comme celui-ci, que pour signaler, suggérer. La politique d’intégration n’aura lieu qu’à l’échelon européen. Et la politique de contrôle ne sera efficace que si elle se fait à l’échelon européen. Des accords actualisés, rénovés sont nécessaires. La vie est changement mais aussi continuité. Des accords, dans notre cas, avec le Maroc et l’Algérie. Des critères qui se rejoignent, que les européens et les maghrébins doivent traduire en traités. 

Les sociétés européennes partagent avec les arabes un problème largement inconnu, que nous appelons terrorisme. Il s’agit-là un problème inextricable, dont les conséquences sont abordées dans d’autres pages de ce numéro d’AFKAR/IDEES. Mais la vie de tous les jours se tisse sur l’effort de millions d’hommes et de femmes ordinaires, à la recherche de meilleurs horizons, de sécurité et de liberté. Et ils ont le droit de les rechercher dans le monde entier. Pour cette raison, les européens (riches) doivent faire un effort soutenu pour investir au Sud. L’échange de biens et de services – ce que l’on appelle commerce depuis plus de 2 000 ans – est essentiel pour la prospérité quotidienne. Même s’il faut vendre de plus en plus à partir d’usines, de laboratoires et de bureaux situés au sud de la Méditerranée. C’est la seule façon que le souhait légitime de millions d’êtres humains, de travailler dans un endroit différent de celui où ils sont nés, puisse être géré raisonnablement, au bénéfice de la sécurité des pays et de la dignité des individus. Nous ne sommes pas, chez AFKAR/IDEES, amateurs de phrases, mais celle-ci, nous semble-t-il, n’en est pas une. Il s’agit plutôt d’une citation utile, de Bertrand Russell : « Souvenez-vous de votre humanité, et oubliez tout le reste ». 

Un spectre hante le Moyen-Orient

Andreu Claret

Un spectre hante l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient : l'initiative lancée par l'administration de George W. Bush, dénommée « Greater Middle East». Le parallélisme avec la célèbre phrase par laquelle Marx commence son « Manifeste communiste » est une plaisanterie, mais pas totalement. Le spectre n'est pas le même, bien entendu, mais le projet possède une même intention transformatrice, avec des destinataires différents. Il s'agit d'annoncer la bonne nouvelle du changement radical qui va bouleverser les fondations de l'ordre établi dans une région du monde qui préoccupe tout le monde, surtout depuis le 11 septembre 2001. Une véritable révolution. Remplacez l'Europe par le vaste arc musulman qui s'étend du Maroc à l'Afghanistan, voire même le Pakistan, et où Marx augurait une imminente révolution sociale, Bush prédit un profond bouleversement démocratique capable de sortir le monde arabe de sa prostration : c'est la « Greater Middle East Initiative » (GM...

Lire la suite

La course à l’or noir : Madrid et Rabat s’entendent sur le pétrole

Fernando Barciela

Les eaux frontalières avec le Maroc, le sud de l'Espagne et les îles Canaries – l'un des grands pôles touristiques de l’Atlantique – pourraient changer d'ici à trois ou quatre ans. A tel point que les cargos et navires de croisière qui sillonnent aujourd'hui leurs eaux pourraient être accompagnés, à moyen terme, par un nouveau type d'occupants : les plates-formes pétrolières. Tout dépend des scientifiques et des ingénieurs chargés par des multinationales telles que Repsol YPF, Shell, TotalFinaElf, Vanco ou Lasmo d'étudier le potentiel pétrolier des différentes zones attribuées par les gouvernements de Madrid et de Rabat, et de leur découverte éventuelle de poches de pétrole intéressantes à exploiter.  Pour l'instant, tout le monde retient sa respiration dans l'attente de nouvelles favorables, surtout au Maroc. Un succès – même partiel – du procédé de prospection d'hydrocarbures lancé par l'Office national de recherches et d'explorations p...

Lire la suite

‘ 5+5 ’ l’ambition d’une association renforcée

A l’occasion du sommet des chefs d’État et de gouvernement du Dialogue « 5+5 » à Tunis (5-6 décembre 2003), un groupe d’économistes français réunis autour du Cercle d’économistes, présenta un rapport intitulé : « 5+5, l’ambition d’une association renforcée ». Cette contribution repose sur une double ambition : démontrer que le développement des pays du Sud de la Méditerranée constitue un moyen pour relancer la croissance dans toute la zone euro-méditerranéenne et témoigner de l’importance que revêt le processus « 5+5 » dans l’intégration euro-méditerranéenne. Plusieurs pistes prioritaires ont été choisies pour concrétiser le concept clef d’association renforcée.  Le sens et les enjeux de l’association renforcée  L'association renforcée doit s'organiser autour de trois thèmes fondateurs : l'élargissement du champ des coopérations, l'approfondissement de ces coopérations grâce à des financements adaptés, l'eff...

Lire la suite

Les jeunes immigrés construisent leur identité

Houria Alami M’Chichi

L’appellation est le point de passage premier. Faut-il parler de la seconde, voire de la troisième génération ? Ou plutôt des beurs ? Ou encore des Secondo ou seconda selon le terme qui est en vogue à Zurich ? Ou tout simplement des jeunes issus de l’immigration ? (« Les secondos sont fiers de leurs racines doubles », dans Courier International, no 676, 16 au 22 octobre 2003).  Il faut ensuite se poser la question de la pertinence de l’utilisation du mot intégration concernant cette population. Autrement dit, la relation étroite établie...

Émergence et crises du fondamentalisme religieux

Benjamin Stora

L’islamisme politique au Maghreb a déjà une vieille histoire. Il existe ici un islamisme très virulent, radical que le monde arabe et musulman, au sens large, a découvert ensuite. Ce dernier, n’a peut-être pas suffisamment prêté attention à la tragédie algérienne qui se déroulait depuis le début des années quatre-vingt-dix, et qui dura plus de 10 années. Or, il n’y a pas eu suffisamment de réflexions, d’analyses, de critiques sur l’islamisme dans ce pays. Pourtant, l’Algérie a « expérimenté » l’islamisme radical, avec près de 120 000 morts.  Dans ce qu’il faut bien appeler une guerre (voir La guerre d’Algérie, 1954-2004. La fin de l’amnésie), il y a eu la fuite d’une grande partie des élites algériennes, un million de personnes ont été déplacées, près de 600 écoles ont été détruites, des milliards de dollars ont été engloutis. Également, on compte d’innombrables blessés, et un nombre important de personnes ont ...

Lire la suite

Attitudes religieuses chez la jeunesse musulmane

Noureddine Harrami

Dans le contexte de l’immigration marocaine en Europe, les rapports des migrants aux éléments religieux de leur culture sont marqués par leur condition de minorité dominée vivant dans blâd nsârâ-s (« terre des chrétiens »). Ces rapports permettent des analogies entre la situation coloniale et celle d'immigration (toutes deux de domination) dans la mesure où cette intensification du souci religieux, observable dans la seconde, caractérisait la première.  Au-delà de leurs fonctions cultuelles, ces éléments constituent la principale ressource d'identification que les migrants mobilisent dans leur rapport avec le groupe majoritaire. Ils leur fournissent également le système idéologique qui permet de préserver un ordre social ébranlé par les influences de la société globale (depuis la naturalisation – regardée par certaines familles comme un acte de renégat – au mariage où le système religieux vient définir jusqu'où doivent aller les échang...

Lire la suite

L’islamisme réformiste marocain

Gema Martín Muñoz

L'islamisme constitue un courant politique représenté au Maroc depuis les années soixante-dix, bien qu'il soit fragmenté et mal délimité. Sa principale caractéristique est cependant d'appartenir à l'univers des groupes islamistes réformistes, qui sont étrangers à cette autre tendance radicale et violente qui, dans d'autres pays arabes, est apparue au cours de cette même décennie. En réalité, l'associationnisme de prédication islamique (da`wa) fut même initialement encouragé par le pouvoir, parce qu'il aidait l'islam officiel à affronter les courants de la gauche marocaine, alors très actifs au sein du mouvement étudiant et syndical. A partir de cette mosaïque d'associations islamistes, les deux principaux groupes aujourd'hui représentés dans la sphère publique du pays se sont consolidés : le Parti pour la justice et le développement (PJD) et le mouvement Justice et Spiritualité. Leur évolution et leur relation avec le pouvoir ont été très différentes...

Lire la suite
Autres numéros
afkar/ideas
Femme et changement social dans le monde arabe
afkar/ideas
Tunisie : démocratie ou autoritarisme?
afkar/ideas
Le Sahel, l’autre frontière de l’Europe
afkar/ideas
Pandémie et Autoritarisme
afkar/ideas
Nouveau bras de fer de la rue
afkar/ideas
Migrants dans les pays arabes
afkar/ideas
Facteurs de changement en Algérie
afkar/ideas
Processus et lieux de radicalisation
afkar/ideas
Sexualité et changement social
afkar/ideas
Le futur d’Israël et Palestine
afkar/ideas
Camps de réfugiés, une question en attente
afkar/ideas
Journalisme et guerre
afkar/ideas
La Syrie : l’art et la guerre
afkar/ideas
Minorités et frontières dans le monde arabe
afkar/ideas
Où va la Turquie ?
afkar/ideas
Musulmans d’Europe
afkar/ideas
Chaos croissant en Libye
afkar/ideas
Arabie saoudite: nouveau roi, nouvel ordre
afkar/ideas
Rusia avanza hacia el Mediterráneo
afkar/ideas
Guerra Fría en Oriente Medio
afkar/ideas
Lucha contra el terror
afkar/ideas
Contra el terrorismo del « Estado Islámico »
afkar/ideas
¿Qué hacer en Oriente Medio?
afkar/ideas
Nuevo jaque a la democracia
afkar/ideas
Gana el consenso democrático en Túnez; en Egipto se impone la autoridad
afkar/ideas
Irán, última gran oportunidad
afkar/ideas
Revolución, futuro incierto
afkar/ideas
La tragedia de los refugiados sirios
afkar/ideas
Revolución año II
afkar/ideas
Líderes emergentes en el mundo árabe
afkar/ideas
Jóvenes democracias
afkar/ideas
Egipto, transición confusa
afkar/ideas
¿Hasta cuándo Siria?
afkar/ideas
Tres victorias islamistas
afkar/ideas
Árabes año cero, nueva era constitucional
afkar/ideas
Sublevaciones árabes
afkar/ideas
El despertar árabe
afkar/ideas
Golfo arábigo
afkar/ideas
Revolución digital en el Mediterráneo
afkar/ideas
Israelíes y palestinos, 62 años después / Fondos soberanos: más allá del petróleo
afkar/ideas
Musulmanes de Europa / Energías limpias
afkar/ideas
Egipto busca su futuro / Semestre europeo
afkar/ideas
Desafíos a la seguridad / Fiebre electoral
afkar/ideas
Turquía-Unión Europea-EE UU ante Oriente Próximo / Energía en tiempos de crisis
afkar/ideas
¿Hacia dónde va el mundo musulmán? / Cómo resistir a la crisis en el Magreb
afkar/ideas
Obama: Estados Unidos –y el mundo– cambian / Banca islámica ante la crisis financiera
afkar/ideas
Europa reconsidera sus políticas de inmigración
afkar/ideas
Energía y carrera de armamentos: Argelia, Libia, Marruecos compiten en la región
afkar/ideas
Políticas migratorias / Relaciones euromediterráneas, una visión del Sur
afkar/ideas
China busca el Magreb / Marruecos frente a la globalización
afkar/ideas
Oleaje en el Mediterráneo
afkar/ideas
Al Qaeda amenaza al Magreb / Marruecos-Unión Europea, la relación avanza
afkar/ideas
Turquie dans l’Union européenne / Espagne : équilibre entre l’Algérie et le Maroc. Relations économiques Nord-Sud
afkar/ideas
Imams en Europe / Développement économique intégré au Maghreb / ​​Moyen-Orient
afkar/ideas
Un Maghreb sans frontières
afkar/ideas
Immigration africaine : l’Europe cherche des solutions / Le Maghreb revoit son passé / Modèles de développement économique
afkar/ideas
Education en Méditerranée / Tremblement de terre au Moyen-Orient
afkar/ideas
Nouveaux médias arabes / Résultats du Sommet euro-méditerranéen / Alliance des civilisations
afkar/ideas
Femmes dans le monde arabe / Régions du Maghreb
afkar/ideas
Rodríguez Zapatero : En novembre 2005, Barcelone signifiera plus et un meilleur partenariat / L’émergence du Maghreb / ​​Printemps arabe ?
afkar/ideas
Les Berbères aujourd’hui / Barcelone + 10 / Bush, nouveau mandat
afkar/ideas
Initiatives pour le Sahara / Réformes éducatives au Maghreb
afkar/ideas
Jeunes Marocains : emploi, rêves, migrations…
afkar/ideas
Maghreb, démocratie et stabilité : la quadrature du cercle est possible
afkar/ideas
5+5