Visions du Maroc

AFKAR/IDEES

Il n’y a pas eu d’Année du Maroc en Espagne. Peutêtre le Maroc ne se sentait-il pas prêt, ou a-t-il mal calculé ses temps, ou a-t-il fait des calculs d’un autre ordre qui l’ont amené à ajourner le projet.


Pendant l’entracte, la SEACEX (Société d’Etat pour l’Action Culturelle à l’étranger) qui voulait syntoniser avec cette célébration, a présenté l’exposition de photos « Visions du Maroc » au siège de la Fondation Trois Cultures de la Méditerranée, dans la Cartuja de Séville. Le propos de l’exposition ne s’est pas dénaturé du fait de la non-célébration de l’Année du Maroc en Espagne et on a réussi à réunir l’œuvre de 10 photographes, cinq de chaque rive, avec un esprit suffisamment ample pour que, entre les représentants de la rive sud, figurent deux artistes français avec un tel enracinement au Maroc que la couleur du passeport n’a pas été prise en compte. L’exposition reflète l’idée de son commissaire, Publio López Mondéjar, membre de l’Académie Royale des Beaux Arts de San Fernando et le plus reconnu historien de la photographie en Espagne, de montrer à travers des optiques et des positionnements divers et complémentaires, l’image sociale, artistique, du travail, industrielle, culturelle et anthropologique du Maroc. Des regards qui, bien que répondant à différentes manières de comprendre le fait photographique, tentent de scruter toute la changeante réalité marocaine, en prêtant plus attention à la mesure des personnes et leur milieu le plus intime qu’à l’artifice des choses. 

« Visions du Maroc » réunit, sous ces prémisses, 10 photographes d’une qualité exceptionnelle : Jamal Benabdessalam, Daoud Aoulad-Syad, Bruno Barbey, Juan Antonio Castro Prieto, Toni Catany, Ali Chraibi, Ricky Dávila, Joseph Marando, Isabel Muñoz et José Manuel Navia. Dix photographes qui jouissent d’une grande renommée internationale. 

L’exposition, dont l’objectif ultime est encore une tentative de rapprochement entre les deux pays, le Maroc et l’Espagne, qui sont restés – entre autres aspects, sur le culturel – trop longtemps éloignés, prévoit une itinérance, grâce à la collaboration du Ministère de Culture marocain, à l’Ambassade d’Espagne, aux Instituts Cervantès au Maroc et à d’autres entités marocaines, par Rabat, Casablanca, Fès, Marrakech, Tétouan et Tanger, pendant l’année 2007. 

Elle sera accompagnée d’un magnifique catalogue, réalisé par Roberto Turégano et co-édité para la SEACEX et la prestigieuse maison d’édition Lunwerg.