Transferts des marocains résidents à l’étranger

Mohamed Ben Chaib, Directeur général de la BMCE International SA, Espagne.

Après l ́immigration turque, c ́est l ́immigration marocaine qui est la plus largement répartie sur le territoire européen. Selon les chiffres publiés en mars 2004 par l ́Institut national de la statistique espagnol (INE), le nombre de marocains en situation légale s ́élève à un peu plus de 300 000 membres. La communauté marocaine installée en Espagne occupe alors la deuxième position après celle concentrée en France qui compte un peu plus de 900 000 marocains. Ensuite, les Pays Bas, l ́Italie, la Belgique et l ́Allemagne. L ́analyse des données statistiques existantes montre que les marocaines résidant en Espagne constitue une population jeune et active, dont 40 % sont d ́âge compris entre 19 et 44 ans mais la majorité d ́entre eux occupent des postes non ou peu qualifiés qui se trouvent rattachés au régime dit “général” qui s ́applique aux personnes originaires du pays tiers. 

Un détail important qu ́il convient de préciser est que parmi le total des résidents marocains en Espagne, 68,59 % sont des hommes contre 31,41 % des femmes.
Les transferts de capitaux en provenance des travailleurs marocains à l ́étranger sont particulièrement importants pour le Maroc. Ils représentent 9 % du PIB et 25 % des exportations, selon les estimations publiées par le Fond monétaire international (FMI). En Egypte, ces ratios sont respectivement 3 % et 16 % et en Tunisie de 5 % et 13 %. Ces transferts contribuent à renforcer la position financière du Maroc, à travers l ́excédent de la balance des opérations courantes et il n ́y a aucune raison qui pourrait inverser la tendance de la forte croissance de ces flux depuis 2000. 

Selon les chiffres établis par l ́Office des changes pour l ́année en cours, les marocains résident à l ́étranger (MRE) ont transféré au Maroc, jusqu ́à fin juin 2004, quelque 17,19 milliards dirhams contre 16,15 milliards dirhams, la même période de l’année auparavant, soit une hausse de 6,54 %. 

La progression des recettes MRE a été enregistrée aussi bien au niveau des virements bancaires, qui ont progressé de 6,50 % (+ 689 millions dirhams), qu ́au niveau des virements postaux qui sont accrus respectivement de 20 %, soit une hausse de 386 millions dirhams. Comparés à la moyenne à fin mars des cinq dernières années, soit 10,80 milliards dirhams les transferts de fonds effectués par les MRE ont réalisé une expansion de 30 %. 

Les recettes des marocains résidant en Espagne ont atteint à l ́issue de l ́année 2003, un peu plus de trois milliards de dirhams contre un peu moins de deux milliards de dirhams une année auparavant. Toutefois, précisons que le volume réel des transferts reste difficile à déterminer en raison de la multitude des voies par lesquelles transitent, en dehors du circuit officiel : bancaire et postal. 

Ces chiffres montrent combien est importante l ́implication économique des MRE au Maroc, qui se manifeste, pour l ́essentiel, en l ́autofinancement des investissements, outre le soutien de projet de solidarité familiale et la contribution aux projets de développement local. 

Les transferts des MRE représentent plus de 16 % des recettes du compte courant des transactions de la balance des paiements et permettent, ainsi de réduire le déficit externe et, portent, à alimenter les avoirs extérieurs en devise. 

Pour canaliser cette principale source de devise pour le pays, les principales banques marocaines ont établi des agences et bureaux dans les pays européens qui accueillent une bonne partie de la population marocaine, telle que la France, l’Espagne, la Belgique, les Pays Bas, l’Italie et l’Allemagne. Les avoirs en matière de dépôts des MRE constituent plus de 30 % du total déposé auprès des banques marocaines.