Un retour à l’arabisme: les écrivains mizrahim dans la littérature israélienne

25 février 2016. À partir de 18:30 | Conférence | Espanol | IEMed, Barcelona
slideshow image

Bien que pendant des siècles l’utilisation de l’arabe et de l’hébreu ait été perçue par de nombreux juifs comme naturelle et comme un signe d’identité, avec le début du conflit israélo-arabe et, plus tard, avec l’établissement de l’hébreu comme langue officielle de l’État d’ Israël, le nombre de juifs arabophones a été considérablement réduit et l’arabe est devenu une langue culturellement inférieure et hostile. Les nouvelles générations d’écrivains du monde arabe ont perdu l’opportunité d’utiliser cette langue pour s’exprimer car son usage était limité aux seuls espaces privés.

L’écrivain Almog Behar, considère que la raison pour laquelle des poètes notables Mizrahim tels qu’Erez Biton et Amira Hess ont adopté l’arabe comme outil d’expression avec l’hébreu au cours des dernières décennies, a été la nécessité de communiquer les aspects culturels caractéristiques de leur communauté qui l’hébreu était incapable de transmettre.

«Erez Biton et Amira Hess ont utilisé la langue arabe pour donner la parole à une communauté juive qui se sentait culturellement identifiée aux deux langues et qui, de plus, en raison de leurs origines arabes, présentait de grandes différences culturelles avec les juifs d’autres classes sociales et espaces géographiques. »

Pouvons-nous parler d’une révolution de la langue arabe en Israël? Quand et comment ce phénomène est-il apparu? Et comment les sociétés israélienne et arabe répondent-elles à cette initiative?

Speakers


Modératrice

Ana Bejarano

Professeur UB
Orateur

Almog Behar

Écrivain

Collaboration


Photos


slideshow image