Attaque terroriste à Nice: interviews et articles

18 juillet 2016 | In the Media
slideshow image

L’État islamique a revendiqué l’attaque qui a coûté la vie à 84 personnes à Nice le 14 juillet et en a blessé beaucoup d’autres. La nouvelle attaque sur le territoire français et le modus operandi de l’unique coupable (un camion roulant à toute vitesse sur la foule participant aux événements de la fête nationale française) amplifie la peur de nouvelles attaques et a conduit le gouvernement français à renforcer les mesures de sécurité.

« Le territoire contrôlé par l’État islamique en Syrie et en Irak a été réduit, mais cela ne signifie pas qu’il a moins de capacité opérationnelle dans le monde », comme le montre l’attaque de Nice. C’est l’avis de Lurdes Vidal, directrice du departement du Monde arabe et méditerranéen de l’IEMed, qui a participé depuis vendredi dernier à plusieurs programmes médiatiques spéciaux pour analyser l’attaque, les premières réactions et ses conséquences.

Dans ses interventions, Vidal a averti que le recours aux termes de la guerre pour aborder publiquement la manière de traiter avec l’État islamique légitime d’une certaine manière cette organisation en tant qu’État capable de faire la guerre à d’autres pays alors qu’en fait nous parlons d’une organisation terroriste.