La littérature arabe peut-elle prévoir les grands changements politiques et sociaux en Méditerranée?

4 juin 2015. À partir de 18:30 | Conférence | Italian | IEMed, Barcelona
slideshow image

Les auteurs arabes, à travers leurs romans traduits, ont tenté d’expliquer au monde ce qui se passait dans leurs pays, une réalité souvent ignorée et traitée superficiellement de l’Europe voisine. Certains romans ont été des œuvres prophétiques, car ils ont réussi à capturer les troubles arabes et ont prédit les révolutions en Égypte, en Tunisie, en Libye, au Yémen et en Syrie.

La littérature ne peut être dissociée du devenir politique. Surtout dans les pays arabes, Isabella Camera d’Afflitto précise et assure que les panneaux étaient tous là et qu’il suffisait de savoir les lire. Certes, s’ils avaient misé davantage sur la traduction et la diffusion d’œuvres arabes, l’Europe n’aurait pas reçu les «ressorts» de la surprise.La caméra Isabella d’Afflitto lit les lignes et entre les lignes des livres en partant du principe que la littérature est capable d’expliquer bien l’histoire contemporaine la plus complexe. Et en faveur du pouvoir littéraire elle ajoute: «souvent, la littérature nous dit ce que les livres d’histoire ne savent pas encore ». Bref, la littérature est capable d’anticiper son temps, assure-t-elle. En ce sens, le concept de «prophétie auto-réalisatrice», du sociologue Robert Merton, sert à justifier la capacité de la littérature à projeter sur papier les désirs et les peurs d’une société.

Speakers


Modératrice

Mònica Rius

Professeur Universitat de Barcelona
Oratrice

Isabella Camera d’Afflitto

Professeur Universitat de Roma

Collaboration


Photos


slideshow image