Les femmes et la démocratie dans la Tunisie post-révolutionnaire

18 juin 2013 | Workshop | IEMed, Barcelona

L’avocate tunisienne et militante des droits humains Basma Khalfaoui anime ce séminaire sur la démocratie et le rôle des femmes en Tunisie, un pays qui, deux ans après la révolution qui a renversé Ben Ali, s’efforce de consolider la stabilité, le progrès et la démocratie.

Lors de l’événement, qui a la collaboration de l’Association des Journalistes Européens de Catalogne et du Réseau International des Femmes Journalistes et Communicatrices, le dernier numéro du magazine Quaderns de la Mediterrània, dédié aux femmes en Méditerranée et avec des articles d’une trentaine de collaborateurs est présenté.

Basma Khalfaoui (Tunis, 1971) est impliquée dans la lutte pour les droits de l’homme et la démocratie en Tunisie depuis le régime de Ben Ali. Au milieu des années 1990, elle rejoint l’Union générale des étudiants tunisiens et l’Association tunisienne des femmes démocrates, d’où elle défend les droits des femmes et l’égalité des chances. En 1999, elle a rencontré Shokri Belaid, qui était déjà une figure politique de gauche, et l’a épousée en 2002.

En 2012, elle rejoint le Mouvement unifié des patriotes démocrates (El Watad), le parti avec lequel Belaid rejoint le premier parlement tunisien démocratiquement élu. Le 6 février 2013, Belaid a été abattue devant son domicile et Khalfaoui est devenue la veuve de la première victime d’un assassinat politique en Tunisie post-révolutionnaire.

Photos


slideshow image