Au-delà des réseaux, des milices et des tribes: Repenser la politique et la réponse de l’UE en matière de lutte contre la contrebande

25 mai 2021. À partir de 11:00  à 12:30 | Webinar | Anglais | Online
slideshow image

Avec l’annonce du nouveau paquet sur la migration ainsi qu’une nouvelle stratégie pour l’union de la sécurité en 2020 et la publication récente du plan d’action de l’Union européenne (UE) contre le trafic de migrants (2021-2025) – tous deux dans le contexte de la pandémie COVID-19 – il y a un momentum pour réfléchir de manière critique sur les actions et les instruments que l’UE a déployés pour lutter contre le trafic de migrants en Méditerranée et au-delà, et pour proposer ce qui devrait être fait différemment dans le prochain mandat.

Ce webinaire présente la récente EuroMesCo Policy Study «Au-delà des réseaux, des milices et des tribus: repenser la politique et la réponse de l’UE en matière de lutte contre la contrebande». L’étude reconnaît la stratégie de lutte contre la contrebande de l’UE comme une composante essentielle du discours, de la politique et de la réponse de l’UE en matière de gestion des migrations. Les résultats de la stratégie ont souvent été présentés comme le signe des liens de collaboration étroits entre l’UE et les pays d’Afrique du Nord et du Sahel. Cependant, la stratégie elle-même a soulevé d’importantes questions. Sa forte concentration sur le cas libyen a laissé les examens de la dynamique de la contrebande dans d’autres régions comme l’Algérie ou les îles Canaries pratiquement intactes. Il a également manqué de contributions de la part de pays tiers ainsi que de leurs voix universitaires et politiques (y compris celles de jeunes chercheurs et de femmes). On pense que la criminalisation sous la rubrique du trafic de migrants des pratiques de transport et de commerce de longue date – perturbant ainsi les économies locales et tribales – a favorisé la marginalisation de milieux déjà précaires. Le recours aux retours de migrants, aux pratiques d’incarcération et de détention, combiné au taux de mortalité élevé en Méditerranée, ont tous soulevé des questions sur les implications de la stratégie pour les droits de l’homme. En outre, l’accent mis sur le démantèlement des opérations de contrebande a également été critiqué pour la façon dont il détourne l’attention de la raison au cœur de la demande de services de contrebande – la disponibilité réduite de voies de migration sûres, ordonnées et régulières, comme indiqué dans le Pacte mondial pour Migration.

L’événement présente les résultats de l’EuroMeSCo Policy Study«Au-delà des réseaux, des milices et des tribus: repenser la politique et la réponse de l’UE en matière de lutte contre la contrebande» menée dans le cadre du projet EuroMeSCo: Connecter les points, cofinancé par l’UE et le IEMed. Le projet contribue à l’élaboration de politiques inclusives et factuelles en encourageant la recherche et les recommandations en relation avec les priorités sud de la politique européenne de voisinage (PEV), en mettant l’accent sur le développement économique, la migration et la sécurité. Le projet vise à relier les points entre diverses parties prenantes ainsi qu’entre l’UE, ses voisins du sud et la région au sens large. Il développe un large éventail d’activités de recherche, de dialogue et de diffusion.

Speakers


Modératrice

Gabriella Sanchez

Chercheuse MPC, European University Institute
Discutant

Luigi Achilli

Chercheur associé MPC
Orateur

Matteo Capasso

Chercheur associé European University Institute
Oratrice

Kheira Arrouche

Docteur University of Leeds
Oratrice

Ahlam Chemlali

Candidate au doctorat DIIS

Organisé par