Repenser la PEV en Méditerranée : une fenêtre d’opportunité en 2014 ?

La politique européenne de voisinage a été conçue pour un environnement politique et social stable, et ses instruments ne peuvent se déployer qu’à moyen terme

Óscar Ayala, Nicolas Mayer

L’Union européenne a développé depuis 10 ans désormais un outil de promotion des réformes politiques et économiques destiné aux pays de son entourage immédiat, la politique européenne de voisinage (PEV). Malgré les aménagements divers dont elle a fait preuve et qui répondent à des logiques régionales différentes, ses résultats ne sont pas à la hauteur des attentes créées. Nous relèverons ici les principales réflexions et critiques issues de la conférence académique du programme de recherche financé par l’Union européenne SEARCH (Sharing knowledge assets : interregionally cohesive neighborhoods), clôturée les 2 et 3 juin à Istanbul. Au cours de leurs diverses rencontres, les intervenants ont souligné que l’année 2014 pourrait être charnière dans la réévaluation de la PEV, et ce à plusieurs titres.

Tout d’abord, l’UE se relève lentement de la crise économique qui l’a durement frappé depuis 2007, et qui a conditionné l’efficience de l’aide financière à ses voisins ces dernières années. Les nouvelles perspectives économiques peuvent impulser la réflexion autour du financement de la PEV.

Ensuite, les changements politiques dans le monde arabe à partir de 2011 puis la crise ukrainienne depuis la fin 2013 ont souligné la difficulté avec laquelle l’Union promeut sa politique dans les pays voisins. La reconfiguration géopolitique aux portes de l’Europe constitue donc un moment opportun pour évaluer le chemin accompli par la PEV.

Enfin, les élections du mois de mai ont rénové le Parlement européen et la nomination de la nouvelle Commission inaugure une nouvelle étape dans la coopération entre l’UE et ses voisins.

Téléchargez pour lire l’article