Les réfugiés palestiniens de Syrie

Apatrides privés de protection juridique, ils sont réduits au rang de victimes de situations qu’ils ne maîtrisent pas. C’est l’occasion de repenser leur statut.

Jalal al Husseini

Depuis son déclenchement en mars 2011, le conflit syrien a déjà fait quelques 100 00 morts ainsi que des centaines de milliers de déplacés internes et de réfugiés dans les pays voisins. Parmi ces victimes, figurent les réfugiés palestiniens et leurs descendants établis dans le pays suite au premier conflit israélo-arabe de 1948. Bien intégrés jusque-là dans le paysage social et économique syrien, ils se sont retrouvés pris en tenaille entre un régime baathiste, contesté mais fidèle à leur cause, et une rébellion multiple, aux orientations stratégiques encore floues.

Bien que leur situation actuelle diffère selon les régions, celle-ci est déterminée par trois paramètres : l’évolution du conflit armé lui-même ; les stratégies d’adaptation des réfugiés palestiniens (de leur participation active au conflit, à leur fuite dans les pays voisins) ; et, enfin, les politiques d’accueil de ces derniers. Par conséquent, leur statut juridique étant très particulier, ils se retrouvent dans une situation spécifique, qui diffère des autres catégories de réfugiés engendrées par le conflit syrien (Syriens et réfugiés irakiens arrivés en Syrie après 2003).

Téléchargez pour lire l’article.