Le Réseau Universitaire et Scientifique Euro-méditerranéen sur le Genre et les Femmes (RUSEMEG) : le projet, les enjeux

Zohra Mezgueldi

Profesora del Máster/Doctorado Género, Sociedad y Cultura, Universidad Hassan II, Casablanca, Marruecos

À la base du projet RUSEMEG il y a le grand enjeu représenté par la recherche sur le genre et la femme, spécialement dans le contexte méditerranéen ou les À la base du projet RUSEMEG il y a le grand enjeu représenté par la recherche sur le genre et la femme, spécialement dans le contexte méditerranéen ou les récentes mobilisations politiques et sociales témoignent une forte exigence de démocratie et d’égalité entre les sexes.


Le projet RUSEMEG

Le Réseau Universitaire et Scientifique Euro-méditerranéen sur le Genre et les Femmes s’inscrit dans un Projet global dont le promoteur est le Forum Femmes Méditerranée (France) qui s’appelle « Développer l’autonomie des femmes », en anglais « Developing Women Empowerment Project » (DWEP). Le Projet global, comprend trois axes de développement : la Connaissance, l’Action (Banque de projets de terrain) et le Réseau des acteurs-trices. Le Réseau universitaire et scientifique fait partie de l’axe « Connaissance ». Dans ce volet « Connaissance », est prévue, outre le RUS, la création d’un observatoire sur le genre et d’un laboratoire des bonnes pratiques. En 2011, l’Union pour la Méditerranée (UpM) a labellisé le Projet global dans ses trois composantes, dont le RUS. L’institution internationale « Union pour la Méditerranée » identifie des projets régionaux structurants sur des thématiques transversales et labellise les plus pertinents : la labellisation est donc une caution internationale importante pour le Projet global.

Les objectifs du RUSEMEG

Le RUSEMEG a pour but de promouvoir et de valoriser les travaux sur le genre. Le genre est entendu ici comme concept qui permet de penser la construction sociale de la différence entre les sexes et implique une réflexion critique sur les rapports de pouvoir entre les hommes et les femmes, les sexualités et la construction des identités masculines et féminines. Il interroge la production et la reproduction du savoir. En ce sens, il est transversal à toutes les disciplines. Par ailleurs, la question de l’égalité entre les sexes est également centrale dans les préoccupations du RUSEMEG. Celui-ci entend ainsi analyser les expériences des femmes et leur point de vue, en prenant en considération les rapports sociaux, en particulier de sexe. S’appuyant sur les savoirs, les expériences et les pratiques, le RUSEMEG a pour objectif de créer une synergie entre les acteurs et les actrices qui œuvrent pour l’égalité entre les sexes dans l’espace euro-méditerranéen et s’inscrit dans la perspective de l’utilité sociale de la recherche. Partant, le RUSEMEG a pour objectifs :

  • de produire de la connaissance scientifique sur les femmes et le genre,
  • de soutenir le développement des études sur le genre,
  • d’œuvrer à l’institutionnalisation, l’enrichissement et la valorisation des enseignements et des recherches sur le genre,
  • de coordonner et de promouvoir la reconnaissance des travaux et des études réalisés sur le genre dans l’espace euro-méditerranéen,
  • de contribuer à asseoir une égalité réelle entre les hommes et les femmes, dans l’espace euro-méditerranéen.

Les activités du RUSEMEG

  • Colloque : “Crises actuelles et enjeux démocratiques à l’épreuve du genre” qui prendrait la suite du premier colloque du RUS qui s’est tenu en décembre 2011 à Paris sur le thème : Femmes, réseaux et «révolutions», la démocratie à l’épreuve du genre en Euro-Méditerranée. Le Colloque se tiendrait à l’occasion du Forum de la Fondation Anna Lindh du 4 au 7 avril 2013. Ce Forum est donc une opportunité de faire entendre des enjeux qui n’émergent pas ou difficilement dans les médias.
  • Séminaire scientifique itinérant portant sur la réflexion critique sur la notion de genre selon les espaces-temps, les lieux géographiques et les contextes politiques et ayant pour objet de croiser les points de vue sur l’usage du concept de genre, sur sa pertinence et sur l’émergence d’un point de vue commun. Ce séminaire s’adressera à des chercheur-es et étudiant-es sur le genre. Il devra déboucher sur une publication. Le premier séminaire aura lieu dans une université avec un master genre de la rive Sud de la Méditerranée, le second en rive Nord.

Les enjeux

L’ancrage du RUSEMEG dans l’espace euro-méditerranéen représente d’importants enjeux pour les études sur le genre et les femmes. En effet, les pays qui le constituent ont non seulement une histoire et une mémoire en partage mais aussi des valeurs et des aspirations communes. Les mobilisations politiques et sociales lors du « Printemps arabe » en sont un exemple par l’exigence de démocratie et la nécessité de l’égalité entre les sexes qu’elles ont exprimées.

Par ailleurs, l’élargissement des recherches et des études sur le genre à l’espace euro-méditerranéen permet des échanges d’expériences, de pratiques et de savoirs ainsi que des comparaisons entre les sociétés et les cultures et de ce fait, un retour réflexif sur les représentations.

L’enjeu est donc majeur sur le plan de la recherche sur le genre et les femmes. Celle-ci est en effet dynamique et plurielle tant du point de vue des objets, que celui des champs conceptuels ou encore des approches, sans oublier les différentes langues dans lesquelles les recherches sont menées.

Dans un tel contexte, les échanges scientifiques permettent de décloisonner les études de genre, de croiser les regards, de multiplier les points de vue et partant, de montrer la diversité de la recherche sur le genre et les femmes.

Enfin, agir au niveau de l’espace euro-méditerranéen, c’est agir dans un espace à la fois de partenariat, de synergie, de nouvelles opportunités de recherche et d’action et surtout de solidarité et d’ouverture ; c’est-à-dire de renforcement du processus de l’égalité entre les sexes.