Remise des prix du concours « Une mer de mots 2015 »

14 octobre 2015. À partir de 19:30 | Activité culturelle | Espanol | Institut d'Estudis Catalans, Barcelona
slideshow image

Le concours  » Une mer de mots « , qui en est maintenant à sa 8e édition, se tient à nouveau avec l’intention de contribuer à la promotion du dialogue entre les peuples et à l’échange de connaissances et d’expériences entre différentes traditions locales et internationales.

Dans le cadre de l’Année du développement durable, le concours cherche des histoires en défense d’une croissance durable et non exclusive, qui élève le niveau de vie, qui profite à la société dans son ensemble à travers la distribution des richesses et qui protège à la fois l’héritage culturel et environnemental.

Le concours vise la production d’histoires et de récits qui, d’une manière ou d’une autre, contribuent à faire prendre conscience de la nécessité d’un développement durable, dans lequel la logique du bénéfice maximal est abandonnée et la répartition équitable de la prospérité et du respect de l’environnement.

La production littéraire est un moyen fondamental d’exprimer et de décrire des faits, des idées et des émotions qui peuvent être directement transmis aux et par les jeunes dans toute la région euro-méditerranéenne. De ce point de vue, il s’agit d’obtenir des histoires littéraires basées à la fois sur la réalité et sur la fiction pure.

Cette année, «The Seagull», du grec Georgios Ampatzidis, a remporté le premier prix de l’édition 2015 du concours littéraire «Une mer de mots». Se déroulant à Athènes, l’histoire met en scène un jeune écrivain au milieu d’un processus créatif qui fait face à la difficulté d’écrire – sans tomber dans le découragement – sur la dure réalité de la marche inexorable de la pollution et de la contamination.Le jury international du concours décerne le deuxième prix à l’histoire « Plastic », de la bulgare Slavena Zaharieva, qui se veut un cri d’attention au public et à la classe politique sur les conséquences désastreuses de ne pas se soucier de l’environnement, et le troisième prix a été décerné au Kurdish Halil Ecer («Different Similarities»).

Photos


slideshow image
voir plus de photos