Élections européennes 2019: l’Europe et la Méditerranée en débat

7 mai 2019. À partir de 17:00 | Conférence | Catalan | IEMed, Barcelona
slideshow image

Quelle politique étrangère vis-à-vis de la Méditerranée les partis politiques catalans en lice aux élections européennes du 26 mai défendent-ils pour l’UE? Les principaux candidats d’ERC, JxCAT, Catalunya en Comú, PSC, Ciutadans et PP défendent leurs programmes dans un débat électoral animé par Mònica Terribas. La politique étrangère européenne est quelque chose qui, dans les campagnes électorales européennes, ne joue généralement pas un rôle de premier plan, car les débats tournent souvent autour de questions dans la clé interne de chaque pays. La gestion des migrations, le manque de politique étrangère d’une seule voix et la coopération avec les pays des rives sud et est de la Méditerranée sont quelques-uns des thèmes proposés. Mais le débat aborde également les défis économiques et de gouvernance auxquels l’Union européenne est confrontée. 

Jordi Solé, candidat à l’Esquerra Republicana de Catalunya, affirme qu’en Europe « il y a eu une fausse idée de stabilité en soutenant les régimes autoritaires et en ne les faisant pas pression pour qu’ils entreprennent des réformes ». « Nous devons soutenir les processus de démocratisation en Méditerranée », déclare Erika Casajoana, candidate de Junts per Catalunya. Pour Ernest Urtasun, candidat de Catalunya en Comú, en Europe « nous avons deux problèmes lorsque nous nous demandons ce que nous voulons faire en Europe. D’une part, l’enlèvement du discours sur l’immigration par l’extrême droite et, d’autre part « le manque d’ambition dans un domaine qui est une bombe à retardement sociopolitique ». 

Le candidat du Parti populaire, l’ancien ministre espagnol des Affaires étrangères José Manuel García-Margallo, évoque directement la question de la migration et plaide pour le renforcement de l’agence européenne de contrôle des frontières, Frontex, et l’amélioration de la coopération avec les pays tiers. Selon Javier Nart, candidat de Ciutadans, il est nécessaire « d’éviter les ‘bonnes‘ attitudes face à la migration et de prendre en compte l’ensemble du processus de migration » depuis ses origines dans les pays plus au sud du Sahel afin d’articuler des politiques qui « n’appauvrissent pas l’Afrique » en encourageant la migration de professionnels qualifiés. Laura Ballarín, candidate du Parti socialiste de Catalogne, regrette que la Méditerranée soit devenue la frontière la plus meurtrière du monde pour les immigrés et défend les initiatives parlementaires du groupe socialiste au Parlement européen en vue d’offrir des visas humanitaires et d’ouvrir la voie pour la migration. Urtasun rappelle cependant que les résolutions votées par le Parlement européen sur l’immigration et l’asile ont été ignorées ou ralenties par les États membres, qui sont ceux qui ont le pouvoir de les mettre en œuvre. Et il ajoute que « l’Europe devrait être un rempart du droit international en période de démantèlement du multilatéralisme » mais que c’est un rôle que « nous avons ouvertement violé ». Il soutient qu’un système commun d’asile et d’immigration qui fonctionne est possible.

Speakers


Mònica Terribas
Modératrice

Mònica Terribas

Journaliste
Laura Ballarin

Laura Ballarin

Candidate du Parti socialiste de Catalogne
Erika Casajoana

Erika Casajoana

Candidate du Parti Junts per Catalunya
José Manuel García-Margallo

José Manuel García-Margallo

Candidat du Parti Populaire
Javier Nart

Javier Nart

Candidat du Parti Cuidadanos
Jordi Solé

Jordi Solé

Candidat du Parti Esquerra Republicana de Catalunya
Ernest Urtasun

Ernest Urtasun

Candidat du Parti Catalunya en Comú

Photos


slideshow image