Étouffer, repousser et disperser : le déplacement comme technologie politique de la gouvernementalité de la migration

17 mars 2022. À partir de 18:30  à 20:00 | Conférence | Anglais | IEMed
slideshow image Nicolas Economou via Reuters

Lire l’article « Pushbacks and dispersal as technologies of migration displacement ».

Le déplacement est devenu une technologie politique clé de la gouvernementalité de la migration – pour reprendre le contrôle de la mobilité indisciplinée, nuire aux migrants et les empêcher violemment d’accéder aux droits, aux espaces sécurisés et à l’asile. Cette présentation redéfinit la notion de déplacement en y incluant les opérations de refoulement et la politique de dispersion des migrants. Ces tactiques spatiales visant à gérer et à entraver les mouvements et la présence des migrants ont été utilisées de manière de plus en plus systématique par les États européens. Dans sa conférence, Martina Tazzioli se concentre sur la dispersion des migrants en France et en Italie et sur les opérations dites de « refoulement en chaîne » à la frontière franco-italienne et le long de la route des Balkans. L’exposé aborde les difficultés méthodologiques de la prise en compte et de la comptabilisation du refoulement et de la dispersion face au manque de données et de statistiques précises. Pour conclure, l’exposé explique comment le déplacement – mis en œuvre par les opérations de refoulement et de dispersion – peut être utilisé comme une « lentille » analytique pour étudier la gouvernance de la mobilité indisciplinée.

Martina Tazzioli est maître de conférences en politique et technologie à l’université Goldsmith de Londres. Son travail explore les mécanismes biopolitiques par lesquels certains sujets sont racialisés et gouvernés en tant que « migrants » et analyse l’entrelacs des modes d’objectivités et de subjectivités. Elle est membre du réseau euro-africain Migreurop, qui a produit des rapports sur la migration, l’externalisation des frontières et les violations des droits de l’homme, et fait partie du comité de rédaction de la revue Radical Philosophy. Elle est l’auteure de The Making of Migration. The Biopolitics of Mobility at Europe’s Borders (Sage, 2020) et de Spaces of Governmentality: Autonomous Migration and the Arab Uprisings (Rowman & Littlefield, 2015). Elle a rédigé, en collaboration avec Glenda Garelli, l’ouvrage Tunisia as a Revolutionised Space of Migration (Palgrave Macmillan, 2016). Elle est coéditrice, avec Sophie Fuggle et Yari Lanci de Foucault and the History of Our Present (Palgrave Macmillan, 2015) et de Foucault and the Making of Subjects (Rowman & Littlefield, 2016) avec Laura CremonesiOrazio Irrera et Daniele Lorenzini.

Le modérateur de la conférence est Juan Carlos Triviño, chercheur du GRITIM-UPF. La conférence est coorganisée par l’IEMed dans le cadre du cycle Aula Mediterrània 2021-22 en collaboration avec le master en Études des Migrations, l’Interdisciplinary Research Group on Immigration (GRITIM-UPF) et la Fondation Anna Lindh (FAL).

Cette conférence a lieu dans la salle de conférence de l’IEMed, Girona, 20 – Barcelone et peut aussi être suivie via IEMed Youtube Channel.

Speakers


Conférencier

Martina Tazzioli

Professeure agrégée de Politique et Technologie Goldsmiths University of London
Juan Carlos Triviño
Modérateur

Juan Carlos Triviño

Chercheur senior GRITIM-UPF

Organisé par


En partenariat avec